Articles

témoignage

Témoignage

Le parcours empathique illustre le témoignage de personnes ayant quitté leur pays d’origine par l’image. Partager son parcours d’étranger a travers un projet photographique, “Parcours empathique”.

L’empathie est la reconnaissance et la compréhension des sentiments et des émotions d’un autre individu. Mais aussi, dans un sens plus général, de ses états non-émotionnels, comme ses croyances.

Nous avons été invités par Ligue de l’Enseignement à travailler sur des “parcours empathiques” destinés à des collégiens. L’objectif étant de comprendre la vie de personnes qui ont changé de pays et de langue à travers des témoignages audio, cartes, photo, objets…

Ce projet nous a donné envie de travailler et de partager avec les stagiaires migrants de Mot à mot cette même expérience.

Nous avons choisi comme support la photographie. Il a ensuite s’agit de faire la parallèle entre un portrait et le point des objets-témoins du stagiaire.

Un objet-témoin ? un grigri du pays d’origine, une photo un peu déchirée… C’est l’objet qui témoigne d’un moment de la vie du stagiaire, de ce qui l’accroche à sa vie et à son parcours, qui a un sens tout particulier pour lui. Mais on peut aller au-delà de l’objet. Ce peut être un lieu, un parfum, une habitude de vie…

L’idée, c’est qu’en les donnant à voir et en les racontant, ces objets deviennent des relais entre celui qui raconte et celui qui écoute.

Un projet porté par Catherine Debray formatrice à Mot à mot.

la carte de la fraternité

la Ligue de l’enseignement

Jouons la carte de la fraternité – édition européenne en 2018

Chaque année, la Ligue de l’enseignement anime « Jouons la carte de la fraternité », opération destinée à sensibiliser les individus au respect et à la tolérance sur la base d’ateliers d’écriture et d’analyse de photographies. En 2018, l’opération a pris une dimension européenne.

Cette opération consiste, pour les jeunes et les enfants, à déconstruire certaines représentations sur différents sujets de société. Le travail se fait grâce à l’analyse de photographies et à la rédaction de textes en atelier d’écriture.

A l’occasion du 21 mars déclaré « Journée internationale pour l’élimination des discriminations », plus de 100 000 enfants et jeunes adressent ainsi un message de fraternité à des inconnus de leur département sur une carte postale, les invitant à y répondre.

L’édition de 2018 a bénéficié du soutien du programme européen Erasmus, en plus de l’animation par la volonté de combattre la peur de l’ « autre ». Trois organisations (Center for Peace Studies en Croatie, Fondacion CIVES en Espagne et School with Class Foundation en Pologne) nous ont rejoints. Ensemble, huit clichés d’artistes issus des quatre pays – qui questionnent indirectement les discriminations et invitent avec optimisme à une prise de conscience du noyau commun d’humanité – ont été sélectionnés.

Plus d’information sur le site de la Ligue de l’enseignement.